BIODYNAMIE, UNE CULTURE QUI VA PLUS LOIN

Parmi les pratiques « bio », la biodynamie se singularise par une prise en considération des influences astrales et du rythme de la nature et aussi par l’utilisation de préparations végétales de type homéopathique visant à rééquilibrer et à revitaliser le végétal plus qu’à le soigner en cas de maladie. Proposée aux vignerons qui voient leurs terres en danger, la viticulture en biodynamie va plus loin que le simple fait d’exclure l’emploi de produits chimiques de synthèse ; Trois points la résument principalement:

01. le travail du sol par des labours et griffages réguliers. Ces soins favorisent l’amélioration de la qualité de la terre par la présence d’une grande variété de bactéries, un meilleur enracinement de la plante, un meilleur développent des feuilles et des fleurs utiles à l’apport d’énergie nécessaire à une bonne fructification.

02. l’application de ces préparations à des moments précis dans le cycle calendaire, c’est la partie dynamique.

03. la valorisation du sol et de la plante dans son environnement naturel grâce à des préparations issues de matière végétales, animales et minérales.

ornement
verres_JDC

UNE APPROCHE QUALITATIVE & UN ETAT D’ESPRIT

"Aujourd’hui, le réchauffement climatique, les raz de marée, inondations, déséquilibres météorologiques, virus et pandémies sonnent comme une révolte de la nature à notre activité humaine destructrice et génératrice de vache folle, catastrophes sanitaires, abus de pesticides et autres folies agro-chimiques ou bien sûr catastrophe sanitaire.

Dans l’expression de sa vocation, le vigneron en biodynamie revêt la blouse d’un urgentiste pour prodiguer une médecine douce à une terre en souffrance. Sa vision raisonnée, apaisée et la qualité de son soin rassurent et nous rappelle au bon souvenir de nos ancêtres.

Vivre, c’est d’abord se nourrir : et comment ? C’est sur cette question philosophique que l’homme doit refonder un idéal, celui du bien être et abonder à la notion essentielle du mieux vivre ensemble.”

Julien DEVAUX

“Toujours le vin sent son terroir”

Jean Clavel